Numéro coordonné par Isabelle Fabre et Vincent Liquète

>> Télécharger le numéro au format PDF <<

 
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Introduction : Questionner les manières d’habiter les espaces documentaires d’accès aux savoirs : une approche sensible

Isabelle Fabre et Vincent Liquète

Les bibliothèques et musées, lieux de savoirs (Jacob, 2007) font se côtoyer des dispositifs (Jacquinot-Delaunay, Monnoyer, 1999) d’organisation, d’architecture, voire de mise en scène, susceptibles de susciter une appropriation progressive de l’espace par les usagers. La manière de présenter les objets et la diversité des dispositifs révèle l’importance que l’on accorde à l’agencement de l’espace au sein des lieux de savoirs que sont les bibliothèques et les musées afin de les rendre propices à l’accès au savoir (Fabre, Regimbeau, 2013). Plus largement, les espaces de culture et de loisirs ont revu leur agencement en misant sur une large palette d’usages et une pluralité de pratiques en situation. Ces mêmes organisations laissent ainsi place à de nouveaux services dédiés à de nouvelles expériences sensibles des publics[1].

Depuis le début des années 2000, le paysage documentaire public s’est peu à peu agrandi de figures telles que Troisième lieu pour les bibliothèques publiques, et le learning centre pour les bibliothèques universitaires, les fablabs notamment dans les espaces de culture scientifique et technique. Ces figures semblent questionner et impacter les espaces documentaires scolaires, Centre de documentation et d’information de l’Education nationale et de l’Enseignement agricole parfois dénommés 3C pour Centres de culture et de connaissance, en particulier dans la manière dont ces nouveaux espaces réinterrogent l’accès aux savoirs. Or, à l’abri des débats entre sphère professionnelle et médiatique autour des bibliothèques, comme en témoigne l’article critique paru dans le Monde diplomatique de juin 2018[2] qui présente ces institutions comme des espaces dont les aspects conviviaux et utilitaires, éclipseraient leur organisation scientifique du savoir, des chercheurs poursuivent l’observation des pratiques dans ces lieux de savoirs. Au-delà, les notions même d’apprentissage et de construction de savoirs, ne se résument plus aux seules expériences de lecture de documents, mais à des démarches expérientielles en situation (gamification, fabrication, testing…).

LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Figurer l’espace des possibles. La bibliothèque de demain dans les mots des professionnels 

Émilie Garcia Guillen

Résumé : Cette étude propose une analyse du discours des bibliothécaires et concepteurs occupés à penser l’avenir de l’institution, fondée sur des articles de revues professionnelles et sur un programme architectural conçu pour une grande bibliothèque de lecture publique. Il s’agit de comprendre en se tournant vers les professionnels comment, dans un contexte de bouleversements profonds, prend forme discursivement l’espace de la bibliothèque de demain. L’étude s’intéresse en particulier à la manière dont s’imaginent et s’inscrivent dans l’espace les rapports à la médiation, au savoir et aux publics. L’analyse fait ressortir la manière dont la bibliothèque est de plus en plus représentée comme l’espace sensible des expériences. Elle montre aussi les ambiguïtés d’une bibliothèque imaginée comme l’espace des possibles, comme le révèle le programme. Cela traduit la difficulté à borner la bibliothèque dans des mots et des images, à l’heure où le service qu’elle rend se mesure à la qualité des expériences subjectives qui y ont cours.
LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Expériences sensibles en bibliothèque : peut-on parler d’un tournant ?

Yolande Maury

Résumé : Depuis les années 1990, les bibliothèques vivent de profondes mutations marquées par le développement du numérique et l’évolution de leurs publics. Dans ce contexte, de nouvelles réalisations ont vu le jour, dans la mouvance des Learning centres ou des bibliothèques 3ème lieu, elles ont en commun de porter une attention spécifique aux espaces, avec l’objectif de favoriser confort, vivre-ensemble et lien social pour les usagers. Dans le même temps, elles expriment un intérêt marqué pour l’environnement sensoriel, les ambiances, les expériences des acteurs. Comment interpréter la montée en puissance de ces questions, spécifiques aux nouvelles formes de bibliothèques qui se développent aujourd’hui ? Au-delà du processus de réinvention de la bibliothèque, cette approche renouvelée des espaces permet-elle de repenser les formes sensibles de la vie intellectuelle, culturelle, sociale en son sein ? Peut-on parler d’un tournant (sensible) en bibliothèque ? Cet article retient une entrée « expérience » pour étudier les évolutions en cours.
LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Du CDI physique au CDI numérique. Les espaces documentaires scolaires, entre injonctions institutionnelles et pratiques professionnelles de terrain

Florence Michet

Résumé : L’émergence des technologies de l’information et de la communication touche directement les lieux chargés de diffusion. Le centre de documentation et d’information (CDI) n’échappe pas à cette règle imposée par le numérique. Les pratiques et modes de gestion des professeurs-documentalistes sont profondément transformés par les nouvelles technologies et le numérique mais aussi par les nouvelles pratiques des élèves. Le cadre de la profession a d’ailleurs été redéfini par la circulaire de mission de mars 2017 synonyme de cette évolution et d’une redéfinition nécessaire. Comment les professeurs documentalistes gèrent les injonctions institutionnelles face à leurs propres pratiques et à l’existant ?
LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Le rapport à l’espace au CDI, une donnée structurante

Laurent Jeannin, François Malessard et Samira Ibnelkaid

Résumé : Les affordances et les typologies d’espace nous conduisent à questionner la sacralisation de territoire pour la pratique professionnelle du professeur documentaliste.
LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

De l’habiter dans l’espace documentaire scolaire : approche sensible

Valentine Mazurier

Résumé : Dans les centres de documentation et d’information (CDI) des collèges du système éducatif secondaire français, les élèves et les professionnels déploient des compétences de spatialité qui leur permettent d’habiter cet espace documentaire pris dans sa totalité physique et numérique. Habiter cet espace codé, c’est tout à la fois se l’approprier et cohabiter avec l’autre, mais aussi avec le dispositif énoncé. Cette communication s’ancre dans un cadre méthodologique qualitatif d’entretiens semi-directifs menés avec des élèves de collège et des professeurs documentalistes.
LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Fabriquer des documents en Bibliothèque universitaire : un modèle d’apprentissage actif à la recherche documentaire

Nathalie Joubert 

Résumé : Depuis plus de dix ans, les bibliothécaires tentent de renouveler les espaces et les services qu’ils proposent, en privilégiant la relation avec leurs publics. L’environnement dans lequel nous situons nos réflexions est celui des bibliothèques universitaires, autour des questions de formation documentaire des étudiants de licence en sciences humaines. Constatant que la pédagogie traditionnelle ne correspond plus aux attentes des étudiants, les bibliothécaires cherchent à rénover les modalités de cette formation. De nouveaux concepts se développent, basés sur la pédagogie active, notamment sous la forme de laboratoires favorisant diverses expérimentations liées aux nouvelles technologies et plaçant l’utilisateur au cœur de l’innovation. Partant de ces principes, nous envisageons une transposition vers des ateliers ludiques et actifs de fabrication de document par le biais d’enquête documentaire menée par des étudiants à qui une mission est confiée. Nous proposons d’interroger ces « DocuFabs » en tant qu’alternatives pédagogiques pour l’apprentissage des compétences informationnelles.
LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Apprendre hors-champs : les FabLabs comme espaces de savoirs

Anne Lehmans et Camille Capelle

Résumé : L’espace du FabLab renouvelle la forme scolaire en offrant un dispositif socio-technique propice au développement de la motivation des élèves quand ils y mènent des projets qui constituent pour eux des expériences centrées sur l’autonomie et le travail collaboratif. Ces expériences individuelles et collectives de travail sont plus particulièrement efficaces dans les apprentissages quand elles prennent en compte la qualité de la communication.
LIRE L'ARTICLE
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Reterritorialiser et réhabiter le « Territoire-Document » avec la Blockchain

Renan Mouren, Matthieu Quiniou et Henri Hudrisier

Résumé : Dans cet article nous faisons l’hypothèse que la technologie de la blockchain surtout connue aujourd’hui comme fondement nodal du Bitcoin et d’autres monnaies numériques comme l’Ethereum est déjà une technologie ouverte à d’autres applications notamment en lien direct avec des activités documentaires : cadastre, application juridiques ciblées, gestion de droits industriels ou de droits artistiques. Pour ce qui est des applications documentaires (cadastre, applications juridiques et d’informations commerciales ou industrielles) ou épi-documentaires (droits d’auteurs, copyright) on peut constater que les qualités intrinsèques de la blockchain induisent une véritable mutation du mode de partage des documents, d’une gestion des métiers de la conservation, et possiblement réglemente pour les bibliothèques leur logique collégiale et surtout territoriale et leurs modalités d’accès. C’est une façon de garantir l’intégrité, la validité juridique de la documentation dans des domaines pointus que des humains ou des automates trouvent où il faut et quand il faut. C’est une manière innovante de concevoir collectivement des modalités d’habiter les espaces documentaires et d’accès aux informations pertinentes.

LIRE L'ARTICLE