1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Préserver la durabilité des pratiques informationnelles des acteurs de l’architecture éco-constructive : des pratiques informationnelles à une mémoire collective de travail

Vincent Liquète

-- Cas intitulé : Accompagnement durable des pratiques informationnelles des acteurs de l'eco-construction --

Dans le cadre de notre recherche et de notre volonté d’accompagner durablement les acteurs de l’éco-construction, nous ambitionnons de travailler à l’organisation d’un dispositif informationnel mémoriel articulant les logiques et les besoins individuels d’information, tout en considérant que nous tissons un renforcement des réseaux plus ou moins organisés et explicites dans le domaine. Christian Marcon (2007) rappelle que les liens sociaux sont source de création d’activités, lesquelles peuvent perdurer alors même que les liens sociaux initiaux disparaissent. Ainsi le support réseau, nous dit-il, crée les conditions de sa pérennité, soit par son institutionnalisation, soit par un mécanisme de translation sociale. Nous cherchons donc à nous appuyer sur les pratiques personnelles d’information et de considérer un niveau cognitif collectif. Ainsi, dans la mouvance de l’action située, notamment l’approche de C. Wright Mills, nous cherchons va donner toute sa place au repérage et à l’analyse des actions des individus, puisque l’acteur ne va plus être seulement un agent de reproduction sociale, porteur de déterminismes sociaux forts, simple exécutant de stratégies et actions construites à l’avance, mais comme une progression graduelle, et interactionnelle, laissant aux acteurs un degré élevé de liberté, d’interprétation et de représentation les rendant responsables en partie de leur action et de leur réseau. Chaque acteur rencontré, remplit plusieurs rôles et tâches, comme ceux de chercheur, d’utilisateur, de rédacteur, de validateur, de diffuseur, d’animateur au sein des premiers dispositifs d’information. Les difficultés actuelles sont qu’il n’y a pas d’organisation, de pérennisation ou de véritables logiques d’accompagnement entre eux, d’autant plus qu’il n’est pas certain qu’un individu immergé dans son travail puisse toujours mener à bien cette activité éditoriale qui consiste « à passer d’un à moi ou un à eux pour aboutir à un à nous » (Guyot, 2007). Ainsi, nous tentons de constituer un cadre pertinent de délimitation de leurs besoins en matière de ressources et de méthodes pour retrouver et suivre les informations, en visant des usages pratiques opérationnels, en l’absence parfois de cadres réglementaires et de connaissances scientifiques spécifiques en matière d’éco-construction. A terme, notre dispositif d’informations et d’accompagnement de la connaissance visera à repérer et orienter vers des producteurs d’information méritant d’être partagés par la chaîne des acteurs de l’éco-construction, à générer les processus de dialogues et d’échanges entre les acteurs, à favoriser les contacts et la mise en lien avec les experts et les personnes informatives centrales (4), enfin, à fournir une base de méthode de gestion et de suivi d’un projet (5). Les critères de sélectivité, de conservation, de référencement, de mémorisation et de diffusion des données, se feront après observation des pratiques, analyse des récits professionnels et des systèmes d’information, en recherchant la durabilité des informations selon le schéma évoqué précédemment.


Figure 2 : Architecture de l’offre d’accompagnement et d’information durable pour les acteurs de l’éco-construction en Aquitaine.

Catégorie parente: Actes de colloque ⎪in COSSI 2013 : La culture de l’information et les pratiques informationnelles durables ⎪Publication : 19 juin 2013