HUDRISIER Henri

Statut

Maitre de conférences HDR,
Chaire UNESCO ITEN (FMSH-Université Paris8)
54 Bd.Raspail 75006 Paris

 

Publication COSSI

 

Synergie enseignement-recherche pour l’aménagement numérique structuré (TEI) de patrimoines littéraires multilingues et multiculturels

Henri Hudrisier, Ghislaine Azemard, Mokhtar Ben Henda, Sascha Diwersy, Anne Lehmans, Vincent Liquète et Laurent Romary

Résumé : HD-Muren est un projet d’enseignement/recherche dans des disciplines appartenant aux domaines des Arts (la musique), des SHS (sciences de l’information et de la communication, Sciences de l’éducation, recherche littéraire) et prioritairement des Lettres (littérature ou apprentissage des langues étrangères). En prenant pour cadre princeps la TEI (Text Encoding Initiative), nous mettons en place une expérimentation pilote de pédagogie active pour travailler au plus près des textes (comme en dissertation littéraire ou en commentaire de texte), dans une synergie avec la construction participative de patrimoines littéraires numériques destinés à la recherche. Cette production participative est destinée à être gagnant-gagnant entre d’une part les chercheurs et les acteurs du patrimoine et d’autre part les professeurs, les étudiants et les élèves du secondaire. Au niveau euro-méditerranéen, le projet vise aussi à rééquilibrer le volume relatif des corpus littéraires ou philosophiques donnant à voir les Lumières européennes et l’Islam des Lumières sous-représenté comme l’est la Renaissance arabe. Nous prétendons que ce projet s’inscrit dans une écologie et une économie durable des patrimoines, de l’enseignement, de la recherche en SHS et de ces biens communs.

 
 

Reterritorialiser et réhabiter le « Territoire-Document » avec la Blockchain

Renan Mouren, Matthieu Quiniou et Henri Hudrisier

Résumé : Dans cet article nous faisons l’hypothèse que la technologie de la blockchain surtout connue aujourd’hui comme fondement nodal du Bitcoin et d’autres monnaies numériques comme l’Ethereum est déjà une technologie ouverte à d’autres applications notamment en lien direct avec des activités documentaires : cadastre, application juridiques ciblées, gestion de droits industriels ou de droits artistiques. Pour ce qui est des applications documentaires (cadastre, applications juridiques et d’informations commerciales ou industrielles) ou épi-documentaires (droits d’auteurs, copyright) on peut constater que les qualités intrinsèques de la blockchain induisent une véritable mutation du mode de partage des documents, d’une gestion des métiers de la conservation, et possiblement réglemente pour les bibliothèques leur logique collégiale et surtout territoriale et leurs modalités d’accès. C’est une façon de garantir l’intégrité, la validité juridique de la documentation dans des domaines pointus que des humains ou des automates trouvent où il faut et quand il faut. C’est une manière innovante de concevoir collectivement des modalités d’habiter les espaces documentaires et d’accès aux informations pertinentes.