LIQUETE Vincent

Statut

Professeur en Sciences de l'Information et de la Communication
Directeur adjoint Formation ESPE
Co-responsable du GCCPA
IMS- Equipe RUDII, UMR 5218 - CNRS

 

 

Publication COSSI

Introduction : processus de normalisation et durabilité de l’information

Vincent Liquète, Monica Mallowan et Christian Marcon

La problématique de la normalisation de l’information  a nourri le champ des sciences de l’information et de la communication, et au-delà, celui des sciences humaines et sociales, ou des sciences et techniques depuis déjà quelques décennies. Dès 2011, J. Perriault et C. Vaguer indiquent que la norme est centrale dans la société contemporaine et qu’elle est foncièrement pluridisciplinaire, ne concernant pas uniquement l’industrie et l’informatique, mais également les sciences humaines et sociales dans leur ensemble, qu’il s’agisse du droit, de la sociologie, de la psychologie, des sciences de l’information et de la communication[1], de la science politique ou encore de l’économie.  

Historiquement, le progrès technique, puis industriel, maintenant néo-industriel et numérique, ont eu pour catalyseur fondamental un double phénomène de standardisation puis de normalisation des processus de fabrication. Si le vocabulaire anglo-saxon recourt au même terme pour désigner les deux mécanismes (standard), une différence processuelle et stratégique profonde permet de les distinguer : la norme  est établie par un organisme de normalisation reconnu dans le cadre d’un processus phasé incluant généralement des négociations entre une pluralité d’acteurs alors que le standard est un produit industriel qui se répand et tend à faire autorité tant que le secteur qui en a l’usage ne choisit pas de lui préférer un nouveau standard. L’une et l’autre procèdent de la recherche d’un acte optimisé, d’un one best way de la qualité, de la production, de l’usage… L’une et l’autre font l’objet de stratégies industrielles et d’influence dans l’établissement de la norme aussi bien que du standard. 


 

Introduction : l'information, la communication et les organisations au défi de l'altérité

Christian Marcon, Vincent Liquète, Monica Mallowan

En 2005, Denise Jodelet introduisait son article Formes et figures de l’altérité en écrivant : « Incarnation de la diversité humaine, l’autre est pluriel. Il paraît ou est désigné tel, à divers titres, sous des conditions, dans des circonstances et à partir de points de vue multiples. Les questions que l’on peut poser à son propos sont aussi variées : de qui s’agit-il, individu ou groupe ? Comment et pourquoi s’opèrent sa perception, sa définition, sa construction, sa représentation ? Quelles relations sont établies avec l’autre, sous quelles formes pratiques et symboliques, en fonction de quelles motivations ou fins, sur la base de quelles positions sociales relatives, etc.? »

 

Construction d’une identité professionnelle face à l’altérité des usagers : le cas de la documentation scolaire en France

Vincent Liquète

Résumé : Depuis le début des années 1990, les documentalistes scolaires français ont progressivement assis leur profession, en obtenant dans un premier temps le CAPES de documentation, puis en entrant progressivement dans les projets et les dispositifs pédagogiques. Une part significative de cette construction de l’identité professionnelle s’est bâtie en écho à la personne de l’Autre, l’Autre en tant qu’enseignant de discipline, ou l’Autre en tant qu’usager. Ces éléments de la conception de l’altérité seront présentés puis analysés.

 

La patrimonialisation de l’information professionnelle dans les organisations : pour un management négocié et durable

Vincent Liquète

Résumé : La constitution de collections numériques est une des conditions de la mise en place du partage de connaissances dans une perspective de patrimonialisation comprise comme un processus collectif de traitement et de partage de l’information dans une communauté professionnelle. Ainsi, penser la patrimonialisation de l’information professionnelle revient à mettre en œuvre un management négocié et durable.