Pratiques communicationnelles durables : interrogation sur la transposabilité d’un concept

Christian Marcon

-- Extrait dans lequel l' "idéologie techniciste" conduit à un "flottement existentiel" --

Dès 1983, Gilles Lipovetsky, dans L’ère du vide. Essai sur l’individualisme contemporain, écrivait : « Consommation de sa propre existence au travers de médias démultipliés, des loisirs, des techniques relationnelles, le procès de personnalisation génère le vide en technicolor, le flottement existentiel dans et par l’abondance des modèles, fussent-ils agrémentés de convivialité, d’écologisme, de psychologisme. » (p. 16) Démultiplication des outils, techniques relationnelles permettant une mise en avant et une mise en scène de soi, modèle de l’homo communicans appareillé et hyperconnecté, effet technicolor obtenu par le travail sur l’ergonomie et la qualité visuelle des sites, discours de convivialité, bonne conscience (fallacieuse) du numérique permettant une économie des matières premières : comment ne pas voir dans cette description prophétique les plateformes socionumériques d’aujourd’hui et, par conséquent, comment ne pas s’interroger sur ce « flottement existentiel » qui les accompagnerait, à en croire Lipovestky ?

Catégorie parente: Actes de colloque ⎪in COSSI 2013 : La culture de l’information et les pratiques informationnelles durables ⎪Publication : 19 juin 2013

Catégorie parente: flottement existentiel
Publication : 16 octobre 2014
Création : 15 décembre 2014
Mis à jour : 15 décembre 2014