Pratiques informationnelles durables : De la littératie informationnelle à la culture de l’information en entreprise : quels enjeux et solutions pour l’innovation ?

Thomas Chabbert et Damien Fouché

-- Extrait --

Dans un tel cadre, la notion de “durabilité de l’information” émerge chez plusieurs auteurs. En management des connaissances, L. Argote définit par exemple le processus de durabilité des connaissances comme “la rétention de l’information ou capitalisation, la création de nouvelles connaissances source d’innovation et enfin le partage des connaissances novatrices dans un esprit de durabilité et pérennité”. Pour leur part, Simon (1945), Nonaka et Takeuchi (1994, 1995)mettent en avant la notion de vision élargie des connaissances (tacites et explicites) mise au service de l’innovation, en créant une émulsion intellectuelle par la mise en commun de connaissances d’origines différentes. L’innovation nait donc de la mutualisation des connaissances. Elle est le résultat de la réflexion de chaque individu. Le partage des savoir et l’apprentissage est pour l’organisation l’assurance d’une non-perte de son savoir et son savoir-faire.
 
L’organisation holistique est plus forte. Il faut raisonner en termes d’unité, de réseau, dans lequel la connaissance circule librement en la rendant accessible de tous. Une organisation basée sur la mutualisation des connaissances signifie avoir un langage commun. C’est à ce niveau du processus de l’innovation qu’intervient tout l’intérêt d’avoir un management de partage structuré, à distinguer du management organisé. La structuration est à ce niveau est la première roue de l’engrenage qui permettra d’inscrire l’organisation apprenante dans une démarche d’innovation par le management des connaissances. Cela s’explique par le besoin de trouver ou de retrouver l’information utile dans un univers complexe qu’est l’entreprise, afin de permettre à l’individu de s’imprégner du savoir recherché, qui lui apportera les connaissances nécessaires pour l’émergence d’idées nouvelles. C’est cet apport en connaissance qui permettra à l’individu apprenant d’être force de proposition, élément requis à la création de nouveaux projets innovants. Dans l’entreprise réseau, le collectif est supérieur à l’individuel. La durabilité induit par conséquent une structuration des connaissances produites par l’organisation et la structuration des connaissances induit l’apprentissage de nouveaux savoirs créateur d’idées nouvelles. Management des connaissances et management de l’innovation sont ici indissociables.
 
Catégorie parente: durabilité de l'information
Publication : 16 octobre 2014
Création : 15 décembre 2014
Mis à jour : 15 décembre 2014