Accès des personnes ayant une déficience visuelle au sein des institutions culturelles

Claire Nigay

-- Extrait --

La notion d’accessibilité universelle (Hahn 1993) est la seconde étape vers des processus d’intégration et d’inclusion simultanés. Elle vise à éliminer tous les obstacles qui pourraient limiter les gens dans leurs activités quotidiennes (Sorensen 1979), permettant ainsi de limiter les conséquences de l’environnement dans la création d’un handicap social. L’accessibilité universelle concerne aussi bien les transports, les bâtiments que les moyens de communication. Cette approche prend en compte les besoins des personnes vivant avec un handicap, ainsi que les besoins de tous ceux qui pourraient avoir à faire face aux situations impliquant une déficience. Cela concerne les usagers en situation de handicap temporaire ou immuable : la population en générale peut bénéficier de ce type d’accès. En bref, le principe d'accessibilité universelle est essentiellement basé sur l'idée de créer un environnement sans obstacle pour tous.

Catégorie parente: Actes de colloque ⎪in COSSI 2013 : La culture de l’information et les pratiques informationnelles durables ⎪Publication : 19 juin 2013

Catégorie parente: Accessibilité universelle
Publication : 16 octobre 2014
Création : 14 décembre 2014
Mis à jour : 14 décembre 2014

Accès des personnes ayant une déficience visuelle au sein des institutions culturelles

Claire Nigay

-- Extrait --

Cinq principes sous-tendent ce concept (Bird et al. 2003). Premièrement, le dispositif, quel qu’il soit, doit être utilisable par toutes les personnes ayant différentes habiletés ou déficiences, et l’information doit être transmise à tous de manière identique lorsque cela est possible. Deuxièmement, la conception doit prendre en considération un large éventail de préférences et de capacités individuelles. Troisièmement, les modalités d’utilisation doivent être simples à comprendre quelles que soient l’expérience, la connaissance, les capacités sensorielles, les compétences linguistiques ou la capacité de concentration de l’individu. Quatrièmement, le dispositif doit être utilisé efficacement, confortablement et avec un minimum d’efforts. Enfin, la taille du dispositif doit être appropriée et l’espace proposé doit permettre d’approcher, atteindre, manipuler et utiliser quelle que soit la taille de l'utilisateur, sa posture ou sa mobilité. À ces cinq principes, Noble et Lord (2004) ajoutent des éléments à prendre en considération, notamment la gestion de la lumière et des couleurs, les modalités de diffusion de l’information, des moyens de circulation verticale et horizontale facilités. La mise en place de cadres juridiques gouvernements, l’implication des professionnels, la conduite de recherches scientifiques respectant les différentes approches présentées différemment associées à un but d’accès universelreprésentent les pierres angulaires de pratiques durables pour les institutions culturelles.

Catégorie parente: Actes de colloque ⎪in COSSI 2013 : La culture de l’information et les pratiques informationnelles durables ⎪Publication : 19 juin 2013

Catégorie parente: Accessibilité universelle
Publication : 16 octobre 2014
Création : 14 décembre 2014
Mis à jour : 14 décembre 2014