Instrumentation et interprétation de l’archive : restaurer la mémoire via l’enrichissement sémantique

Lénaïck Leyoudec

-- Extrait --

L’archive – objet de cette étude – est envisagée en tant que « rétention tertiaire », concept développé par Bernard Stiegler, s’ajoutant aux rétentions premières et secondaires husserlienne. Si les premières relèvent de la perception directe, visuelle ou sonore et correspondent à des informations volatiles, les secondes incarnent des rétentions primaires intériorisées : des souvenirs. Poursuivant la théorie d’Edmund Husserl, Bernard Stiegler (1994) ajoute un troisième type de rétentions : elles « sont le souvenir d’éléments passés qui se sont déposés dans les objets : ce sont les contractions, les finitudes rétentionnelles engrammées dans les objets : ce sont toutes les rétentions secondaires des autres. » Réceptacle informationnel patrimonial, l’archive trouve sa place au sein de cet ensemble de souvenirs inscrits sur des supports. 

De la même manière, l’archive est considérée comme le support d’un discours de la mémoire : s’intéressant aux conditions de possibilité de la mémoire, Bruno Bachimont positionne l’archive et en particulier le document numérique au centre du dispositif. La mémoire est selon lui un exercice permanent dans lequel le document est mobilisé dans la construction d’un discours. Par ailleurs, la dimension numérique de l’archive influe sur son mode d’existence : ce même auteur explique que « le numérique hérite des propriétés du formel, à savoir de manipuler formellement des signes discrets. Par conséquent, toute donnée, sous forme numérique, est potentiellement issue d’un calcul. C’est pourquoi l’essence du numérique, ce que l’on peut appeler le noème du numérique est " ça a été manipulé » (Bachimont, 2004). Dans le cadre d’une pratique de la mémoire, la manipulabilité de l’archive - caractéristique native - est ainsi confrontée à la nécessité intrinsèque d’une instrumentation du document en vue d’en préserver ou reconstruire le sens.

Catégorie parente: Actes de colloque ⎪in COSSI 2014 : L'utopie de la communication ⎪Publication : 19 juin 2013

Catégorie parente: archive
Publication : 19 novembre 2017
Création : 20 novembre 2017
Mis à jour : 20 novembre 2017

Instrumentation et interprétation de l’archive : restaurer la mémoire via l’enrichissement sémantique

Lénaïck Leyoudec

-- Extrait dans lequel le concept "archive" est enfant du concept "média"  --

En se positionnant entre l’homme et l’information, l'archive est un média, que l’on peut distinguer en deux catégories : le média technologique et le média perceptif. Si ce dernier ne nécessite aucun appareillage particulier pour consulter le contenu archivé – à l’image d’un livre –, au contraire le média technologique doit être mécaniquement et techniquement décodé pour permettre sa consultation. En conséquence, en plus de la traditionnelle médiation culturelle – entremise du sens véhiculée par l’œuvre par un tiers au profit d’un public –, il est nécessaire d’ajouter une médiation technologique pour l’accès au contenu. Ce clivage est identifié par Bruno Bachimont selon l’acception suivante : le fossé d’intelligibilité s’ajoutant au fossé technologique. 

Catégorie parente: Actes de colloque ⎪in COSSI 2014 : L'utopie de la communication ⎪Publication : 19 juin 2013

Catégorie parente: archive
Publication : 17 novembre 2017
Création : 20 novembre 2017
Mis à jour : 20 novembre 2017