Gestion des données de recherche et thick data : le cas d’une recherche-action sur la médiation numérique du patrimoine

Karel Soumagnac

Résumé : La gestion et la mise à disposition des données d’une recherche-action sur la médiation numérique du patrimoine constituent un enjeu en termes de durabilité de l’information (sustainability). Ce travail de gestion rend compte d’une épaisseur socio-culturelle des données (thick data) visant le projet commun d’une science en réseau. Dans une perspective ethnographique et sociale de la recherche nous abordons les ressources numériques patrimoniales, les terrains d’observation et les acteurs selon une dimension systémique. Nous présentons les enjeux actuels des modes de gestion des données de recherche dans le cadre de la recherche-action. Nous revenons sur la méthodologie de la recherche en soulignant les caractéristiques documentaires et communicationnelle de la conservation, du traitement et de la communication des données dans le cadre d’un écosystème informationnel ouvert. Nous terminons par le travail de valorisation, d’information et de médiation documentaire des données pour qu’elles puissent être visibles, compréhensibles et accessibles à tous. 

 

Les Nations Unies face au big data : comment utiliser les nouvelles sources de données pour optimiser les programmes de développement des organisations internationales

Christelle Cazabat

Résumé : Cet article vise à analyser le potentiel des big data pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de programmes de développement par les organisations internationales comme les Nations Unies. Son objectif est d’estimer, à partir d’études de cas, le potentiel des nouvelles sources de données à contribuer aux Objectifs de Développement Durable. A ce jour, seules quelques initiatives pilotes ont été mises en œuvre. La plupart d’entre elles ont été réalisées en partenariat avec le secteur privé, dans le cadre de stratégies de responsabilité sociale des entreprises. Elles semblent prometteuses, avec des impacts plus importants que des initiatives similaires utilisant des méthodes traditionnelles et des coûts moins élevés. Mais des questions sur la sécurité des données, l’éthique, la règlementation, les problèmes techniques, la représentativité des données et leurs avantages réels pour le développement doivent être étudiées avant d’étendre davantage ces nouvelles méthodes.

 
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Gestion des données de recherche et thick data : le cas d’une recherche-action sur la médiation numérique du patrimoine

Karel Soumagnac

Résumé : La gestion et la mise à disposition des données d’une recherche-action sur la médiation numérique du patrimoine constituent un enjeu en termes de durabilité de l’information (sustainability). Ce travail de gestion rend compte d’une épaisseur socio-culturelle des données (thick data) visant le projet commun d’une science en réseau. Dans une perspective ethnographique et sociale de la recherche nous abordons les ressources numériques patrimoniales, les terrains d’observation et les acteurs selon une dimension systémique. Nous présentons les enjeux actuels des modes de gestion des données de recherche dans le cadre de la recherche-action. Nous revenons sur la méthodologie de la recherche en soulignant les caractéristiques documentaires et communicationnelle de la conservation, du traitement et de la communication des données dans le cadre d’un écosystème informationnel ouvert. Nous terminons par le travail de valorisation, d’information et de médiation documentaire des données pour qu’elles puissent être visibles, compréhensibles et accessibles à tous. 
Lire la note
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Les Nations Unies face au big data : comment utiliser les nouvelles sources de données pour optimiser les programmes de développement des organisations internationales

Christelle Cazabat

Résumé : Cet article vise à analyser le potentiel des big data pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de programmes de développement par les organisations internationales comme les Nations Unies. Son objectif est d’estimer, à partir d’études de cas, le potentiel des nouvelles sources de données à contribuer aux Objectifs de Développement Durable. A ce jour, seules quelques initiatives pilotes ont été mises en œuvre. La plupart d’entre elles ont été réalisées en partenariat avec le secteur privé, dans le cadre de stratégies de responsabilité sociale des entreprises. Elles semblent prometteuses, avec des impacts plus importants que des initiatives similaires utilisant des méthodes traditionnelles et des coûts moins élevés. Mais des questions sur la sécurité des données, l’éthique, la règlementation, les problèmes techniques, la représentativité des données et leurs avantages réels pour le développement doivent être étudiées avant d’étendre davantage ces nouvelles méthodes.
Lire la note