Problématique et thèmes de réflexion

En 1992, Philippe Breton publiait un ouvrage de chercheur engagé au titre fortement évocateur : L’utopie de la communication. Breton s’y interrogeait sur une « utopie nourrie d’un lien social tout entier communiquant […]. L’apologie d’une universalité planétaire sans contenu, les enthousiasmes naïfs pour les "mondes virtuels" et le "village global" [ayant] paradoxalement rendu attrayant le repli identitaire ». Il s’interrogeait alors : « la question pertinente est donc plutôt de se demander pourquoi nos sociétés accordent, depuis le milieu du siècle, autant d’importance à la communication » (p. 7).

Depuis le constat critique de Breton, Internet et les outils de numérisation ont fait irruption massivement dans les pratiques d’information, de communication et de documentation des professionnels d’abord, puis du grand public avec le passage au « web 2.0 ». Il se diffuse un nouveau discours utopiste dans l’imaginaire collectif populaire, dans les représentations professionnelles et dans le champ du politique, d’autant plus aisément que l’évolution vers des outils plus accessibles et plus puissants semblait concrétiser cet avenir radieux communicationnel et informationnel annoncé par les auteurs de science-fiction tout autant que par les prospectivistes.

Pour le grand public, l’utopie semble être celle de la conversation ininterrompue, de l’accès simple, gratuit ou presque, à toute l’information, à l’image et à la connaissance. Elle se nomme aujourd’hui Facebook, Twitter, Flicker, universités en lignes, réalité augmentée… Chez les professionnels, l’utopie managériale se nourrit deknowledge management, de record management, de management en réseau, de maitrise de l’information, deConsumer Relationship Management, de community management, de géolocalisation, de dématérialisation des documents… En somme, un « capitalisme sans friction » (Bill Gates, 1995). Les hommes politiques et les citoyens, quant à eux, rêvent de la démocratie numérique (Berthoud, 2000 ; Cardon, 2010) et de l’accès généralisé à l’information publique (big data). Dans le discours ambiant, l’interconnexion technique et l’interactivité humaine tiennent lieu de performance et promettent le bonheur.

Lire la suite
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Apports réciproques des utopies associées aux collections naturalistes et au Web collaboratif

Lisa Chupin

Résumé : Cet article étudie la façon dont se rejouent les rapports entre les utopies scientifiques et documentaires à l'heure du Web, à partir du cas des sciences naturelles qui produisent des connaissances sur les espèces à partir de collections de spécimens. Il s'agit de mettre en lumière les relations entre l'utopie scientifique de connaissance de la biodiversité et celle d'un espace documentaire capable de rassembler tous les savoirs, que l'imaginaire associe volontiers au Web.  Nous analysons plus précisément les efforts déployés pour relever le défi que représente la numérisation d'immenses collections d'herbiers : ils manifestent l'appropriation des technologies du Web collaboratif pour faire progresser la réalisation toujours partielle de l'utopie à l'origine des collections, qui consiste à vouloir rassembler en un même espace toutes les espèces végétales vivantes. Nous nous appuyons sur l'étude de dispositifs de documentarisation participative des collections botaniques, principalement la plate-forme développée pour déchiffrer et transcrire les informations des étiquettes des herbiers numérisés du Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN). Nous la confrontons à des sites similaires conçus pour d'autres herbiers pour montrer la façon dont ces espaces fédèrent de nouvelles activités documentaires permettant l'appropriation du patrimoine scientifique. Nous proposons de qualifier ces dispositifs d'hétérotopies limitées, au sens où, par les règles qu'ils instaurent et l'intérêt qu'ils suscitent, ils constituent un espace virtuel où se réalisent en partie les utopies qui inspirent leur conception.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Information, documentation : nouvelles utopies ou fin des utopies?

Alain Chante et Coleta Vaisman

Résumé : Le XXIe siècle, par ses progrès techniques transformant la société semble réaliser de nombreuses utopies. Mais l’étaient-elles vraiment, et le restent-elles ? Une conceptualisation de l’utopie semble nécessaire. Ce projet idéaliste pour un futur s’oppose au mythe, récit fictionnel du passé, mais s’appuie sur lui (bibliothèque universelle sur le mythe de la tour de Babel). Ce projet vise à bouleverser la réalité sociale, s’opposant à l’idéologie, justification d’une situation présente par une classe au pouvoir. En cela, la plupart des utopies (libérale, techniciste) se sont transformées en idéologies. Otlet présentait une utopie, car elle était à contre courant des idées de l’époque, qui s’en est moqué. L’actualisation des utopies provoque un rejet, sensible quand le projet Google a reçu un accueil plus que réservé en 2005. De même alors que le web est censé pouvoir réaliser  les utopies de l’éducation, on dénonce leur strict aspect technique, sans nouveauté, leur méconnaissance des réalités humaines. On demande maintenant un humanisme numérique, qui rendrait sa prééminence à l’humain (les livres humains de l’université de Toronto). Il s’agit là des nouvelles vraies utopies, car en opposition aux tendances générales pour un certain temps.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 4.00 (1 Vote)

Instrumentation et interprétation de l’archive : restaurer la mémoire via l’enrichissement sémantique

Lénaïck Leyoudec

Résumé : La gestion de l’intelligibilité de l’archive est une problématique à la fois sémiotique et documentaire qui fait émerger une question fondamentale : assister le parcours interprétatif en enrichissant les métadonnées de l’archive permet-il une pratique efficiente de la mémoire ?
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Internet, la démocratie numérique et la révolution tunisienne: entre utopies, mythes et réalités

Khaled Zouari

Résumé : En sciences de l’information et de la communication (SIC), le débat autour de la problématique du cyber révolution arabe est loin d’être tranché. Un certain nombre d’auteurs défend la thèse de l’utopie de la communication et les mythes de la révolution populaire numérique, d’autres examinent cette question en s’intéressant aux logiques économiques et politiques et en remettant en cause l’idée selon laquelle internet est un outil déclencheur de la révolution. De notre côté, et sans vouloir inscrire notre analyse du printemps arabe dans une temporalité courte, notre contribution porte sur l’utopie de la communication (Breton 1992), les mythes et les réalités de la révolution arabe, le cyber activisme (Blondeau et Allard 2007) et la démocratie électronique (Cardon 2010). Nous essayerons de traiter ce sujet à travers l’étude d’un contexte particulier : la révolution tunisienne de 2011 (Zouari 2014).
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

L’éducation numérique peut-elle être une éducation à la collaboration et à l’inter-culturalité ?

Karine Aillerie et Delphine Favre

Résumé : Eduquer au numérique est une exigence pour les enseignants d’aujourd’hui. Il leur faut répondre à de nouveaux impératifs pédagogiques : savoir gérer, et créer de l’information, communiquer, participer à des réseaux et échanger. Pour ce faire, de nouvelles compétences sont nécessaires à nos élèves pour devenir des « citoyens globaux », aptes à appréhender la diversité culturelle qui les entoure. La spécificité du projet iTEC, sur lequel nous basons notre étude, est centrée sur l’évolution de l’école dans les années à venir. Une évolution qui tient compte des principes d’une éducation à la collaboration et à l’inter- culturalité.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

La culture de l’information : un prérequis dans la gestion de l’entreprise

Teboura Benkaid-Kesba, Azzedine Bouderbane et Nadjia Gamouh

Résumé : Le progrès est le résultat de l’évolution des connaissances qui sont le produit de l’intelligence humaine. La maitrise de l’information devient un élément fondamental pour tous ; elles procurent à leur détendeur de la richesse et de la puissance. L’introduction des TIC dans cette société dynamique a donné une nouvelle dimension aux techniques de recherche de l’information électronique et à l’accès aux multiples sources du savoir.Les entreprises économiques connaissent, elles aussi, un développement croissant. Elles doivent être opérationnelles tout le temps pour pouvoir bien se positionner dans un environnement de plus en plus complexe et très concurrentiel. Les cadres gestionnaires des entreprises économiques sont censés disposer de la culture de l’information pour être efficients et assurer à l’entreprise le progrès nécessaire pour son bon positionnement sur l’échelle des valeurs de performance économique. Savoir gérer la connaissance, la rendre pérenne, la partager deviennent un processus clé dans le management des connaissances. Partant de l’hypothèse qu’il est difficile aux gestionnaires d’être performants en l’absence d’une maitrise de compétences informationnelles et d’une culture du partage et de l’échange de la connaissance, nous avons entrepris une étude qualitative pour évaluer la culture de l’information chez un échantillon de cadres gestionnaires de l’entreprise ‘SONELGAZ’. Un entretien semi-directif basé sur les cinq indicateurs de performance établis par l’ACRL (Association of College and Research Libraries) a été arrangé. Nous sommes arrivés à remarquer que les techniques de recherche de l’information les plus fondamentales ne sont pas toutes bien maitrisées par les gestionnaires touchés par notre enquête, que la notion de la formation tout au long de la vie ne constitue pas du tout un enjeu pour nos répondants, et que les règles de communication dont a besoin tout gestionnaire dans son entreprise sont mal assimilées.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 4.00 (1 Vote)

Le document à l’ère des individus transmédiatiques

Julien Pierre

Résumé : En s’engageant dans de multiples activités numériques, les individus bénéficient principalement d’un support aux processus de construction de soi et de rencontre avec l’autre. L’identité du sujet est alors dispersée dans un écosystème médiatique que nous appelons transmédiatique, à la façon des récits fictionnels produits par les industries de contenu. Ces potentialités sont néanmoins limitées par les contraintes propres à l’architecture informationnelle et aux finalités économiques des dispositifs. Selon les représentations que les usagers s’en font, ils déploient des tactiques pour échapper à cette emprise, que les firmes tentent à nouveau de réduire en ajustant leurs stratégies. Au final, si la configuration individu-document-dispositif tend à se complexifier au détriment de l’usager, plusieurs perspectives logicielles, légales ou éducatives proposent de réenchanter l’expérience numérique.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Le droit de lire dans les littératures de l’imaginaire. Réflexions d’une juriste sur le renouvellement d’une utopie littéraire

Florence Chérigny

Résumé : Depuis la naissance de l’imprimerie, une utopie fondée sur « le droit de lire » se décline dans les littératures de l’imaginaire. Elle se renouvelle  au rythme des bouleversements induits par l’apparition de nouvelles technologies : audiovisuel, numérique, nanotechnologies... L’étude propose d’analyser le « droit de lire » comme utopie littéraire, au prisme de ces évolutions médiologiques, en épousant le point de vue du juriste.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 4.00 (1 Vote)

Les acteurs de la diffusion de la notion d’e-réputation en France visualisés sous la forme d’un graphe

Jean-Baptiste Mac Luckie et Christian Marcon 

Résumé : La notion de réputation en ligne, ou e-réputation, a émergé au début des années 2000 en France. Depuis son apparition s’est construit un véritable marché de la e-réputation, relativement structuré, comprenant une diversité d’acteurs aux pratiques souvent similaires. Quels sont les acteurs de la diffusion de la notion d’e-réputation en France ? C’est la question à laquelle notre proposition souhaite apporter des éléments de réponse, à travers une visualisation d’un réseau de comptes Twitter qui participent à la diffusion de cette notion en France.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Les applications d’Intelligence Collective, entre utopie et réalité

Antoine Dupré, Antoine Henry et Christian Marcon 

Résumé :« La totalité est plus que la somme des parties » Aristote. Platon utilisait le dialogue, la communication, pour amener à de nouvelles connaissances. Son objectif était de créer une cité utopique. La communication serait donc à la base de l’utopie de l’omniscience. Cette utopie où la connaissance d’un individu est totale ne pourrait exister qu’à une seule condition : la communication a atteint un niveau parfait entre ces individus. Ainsi se pose la question de la persistance de l’existence de l’individu au sein de la communauté.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Les bibliothèques et la visibilité des données culturelles sur le web : réalité d’un défi 

Kaouther Azouz

Résumé : La visibilité des données culturelles sur le web est l'une des préoccupations majeures des bibliothèques à l'ère du web des données. L'émergence de nouveaux usages, le développement des technologies du web sémantique, la richesse et la dissémination des données culturelles dans les silos du web invisible incitent les bibliothèques à mettre en place des stratégies de valorisation de leurs données sur le web. L'absence partielle des OPACS des premières SERP (Search Engine Pages), le recours des internautes aux moteurs de recherche, la concurrence de la donnée culturelle par d'autres types de données accentuent la mise en place de cette initiative. Faciliter l'accès aux ressources rares des bibliothèques, qui ne parviennent pas à être indexées par les agents du web, et dont l'intérêt est majeur pour l'internaute, demeure l'une des principales visées de cette démarche. L’atteinte d’un public dont elles ne maîtrisent pas les usages serait pour les bibliothèques le plus grand défi à réaliser. Le recours aux technologies du web sémantique et l’intégration de Schema.org permettront-ils l’aboutissement à cette finalité ? 
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Marketing politique : la gestion de la communication en ligne est-elle une utopie ?

Marjorie Renaud

Résumé : Dans le cadre d’une campagne électorale, cohésion versus ouverture semblent toutes deux contribuer au développement d’une communauté virtuelle. Solidification de son image d’une part, et élargissement de son public, d’autre part, montrent la complémentarité de ces deux approches. En effet, nous formulons l’hypothèse qu’une communauté virtuelle a besoin d’un noyau solide d’acteurs pour fonctionner de façon pérenne mais également de « ponts » vers des communautés différentes afin de se développer. En d’autres termes, nous voulons montrer que l’utopie de communiquer toujours plus peut être relativisée à l’aide d’un autre type de communication, qui est celui de gérer sa communication autrement.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Pratique de la déconnexion du téléphone mobile comme forme de rejet de communication

Khaled Mokhtari et Djillali Benabou

Résumé : Les technologies mobiles de communication de plus en plus présentes dans notre vie ont permis beaucoup d’avantages, il est devenu possible grâce à elles de faire une bonne partie de son travail même en étant loin de son bureau ou de son chantier ; le téléphone portable fait partie de ces technologies, il permet à son utilisateur d’être en contact permanent avec ses proches ou ses collègues de travail ; mais cela ne va pas sans conséquences sur le quotidien de ses utilisateurs qui deviennent de plus en plus sous contrôle et se sentent très sollicités même en dehors des heures de travail ou par des appels inconnus ou indésirables. Cette situation peut devenir plus grave jusqu’à amener ces utilisateurs à se déconnecter pour pouvoir échapper à certains appels harcelants ou au moins indésirables.
Lire l'article
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Rôles des technologies de l’information de la communication dans l’établissement du contact direct avec les citoyens : Bref aperçu de l’administration électronique en Afrique

Kondi Napo Sonhaye 

Résumé : Avec l’évolution des systèmes d’information, les administrations publiques et certaines institutions commencent à se doter d’outils qui facilitent les échanges et la communication entre administrateurs, états ou organisations et administrés, citoyens ou usagers. Une nouvelle utopie naissante voit le jour. C'est la démocratie numérique. L'Afrique souvent à la traine de la technologue émerge et construit sa propre avancée. Un véritable processus de transformation de l’administration traditionnelle en administration électronique commence par voir le jour en Afrique grâce aux Technologies de l'Information et de la Communication (TIC).
Lire l'article