De l’utilisation de l’information à des fins d’acceptabilité des changements. L’exemple du secteur de l’énergie

Viviane Du Castel

-- Extrait dans lequel le concept "démocratisation" est enfant du concept "information" --

Internet et plus globalement les webtechnologies sont autant d’outils déterminants pour l’IS pour la culture de l’information et les pratiques informationnelles durables. Il s’agit là d’un outil au service d’une méthode préétablie en fonction des besoins et des attentes des acteurs[8].

Les TIC favorisent le jeu démocratique en connectant les individus[9]et cette mise en relation favorise l’innovation, objectif capital dans le secteur de l’énergie et qui nécessite un passage obligé de la résistance à l’enthousiasme par rapport au changement. Dès lors, il convient de mettre à jour des éléments favorables (Venkatch et David, 2000) qui permettent de bâtir l’acceptabilité sociale - d’expliquer le projet dans son ensemble (a priori, conception, réalisation) en caractérisant le contexte (Venkatch et David, 2000).

L’information est devenue un enjeu démocratique pour nombre de pays, de régions et de communautés, et c’est sur cette base que les entreprises énergétiques vont pouvoir et même devoir, dans bien des cas, appuyer leur stratégie à des fins de réalisation d’objectifs de compétitivité mais également d’acceptabilité et d’appropriation par les opinions publiques ; ces dernières seront alors dans une position d’acteur agissant et non plus dans une posture passive favorisant la contestation et le refus de projet. Le schéma ci-après permet une compréhension des différentes étapes de la démocratisation de l’information (Scolt et Joffre, 2007) :

  

Figure 1 : Démocratisation de l’information

Il convient de souligner que, si l’accès à l’information est un droit[10], sa diversité et sa multiplicité en font un élément déterminant propice tant à la désinformation qu’aux manipulations, outils privilégiés de la guerre économique actuelle. Toutefois, c’est cette même diversité qui favorise la libre information, la libre opinion et la démocratie grâce à la transparence, à la confiance dans les relations entre les gouvernants et les citoyens et à son interaction, rétablissant du même fait l’équilibre entre intérêt particulier et intérêt national et en recréant un véritable débat public sur les décisions énergétiques (ex. : poids des lobbies, Think tanks…). À titre illustratif,des grands chantiers énergétiques souvent contestés par les opinions publiques qui s’invitent dans le débat. Dans ce contexte, la stratégie de l’Union européenne est passée d’une logique offensive à celle de partenaires obligés. Une nouvelle coopération entre États avec les industries énergétiques se met en place. Elle est intéressante car elle permet de détecter le plus en amont possible, les besoins stratégiques grâce à une nouvelle politique industrielle prenant en compte davantage les partenariats pour la maîtrise des vulnérabilités et des risques (Blanc, 2011). 

Catégorie parente: Actes de colloque ⎪in COSSI 2013 : La culture de l’information et les pratiques informationnelles durables ⎪Publication : 19 juin 2013

Catégorie parente: démocratisation
Publication : 16 octobre 2014
Création : 15 décembre 2014
Mis à jour : 15 décembre 2014