1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Pratiques informationnelles durables : une revue de littérature

Aurélie Brunet

-- Extrait --

Pour Arizpe et Paz (1992), le concept de « durabilité » est proche de celui de « démocratie » car il s’agit d’idéaux de « comportements sociopolitiques ». Les auteures analysent le concept de « durabilité » sous l’angle du développement et plus précisément du « développement durable ». Elles reprennent la définition que donne Robert Ayres tout en soulevant le problème de définition que pose le terme « harmonie » : « La durabilité est un processus de changement dans lequel l'exploitation des ressources, le choix des investissements, l'orientation du développement technologique et les changements institutionnels, est en harmonie avec les besoins et les aspirations de l'homme et favorise à la fois notre capacité actuelle et future à les satisfaire ». 
 
Dans la mesure où la répartition des ressources est la priorité pour les systèmes politiques, « tout projet de durabilité entraîne, de fait, un changement politique ». Ainsi, l’arrivée du concept de durabilité entrainerait nécessairement un changement, un changement de paradigme ?
 
Gueldry et Knuckles (2012) définissent, quant à eux, la durabilité comme étant « à l’intersection de ce qui est vivable, équitable et viable, et au carrefour des trois domaines fondamentaux de l’activité humaine : social, environnemental et économique ». En l’espace de quelques dizaines d’années, « le concept de durabilité a évolué dans le sens d’une plus grande intégration de ses trois composantes, pour promouvoir un capitalisme durable, s’éloignant de l’écologie profonde (qui étouffe le social et l’économique sous l’environnement) comme de l’anticapitalisme du mouvement écologiste des années 1970 (1er Sommet de la Terre à Stockholm en 1972) ». 
 

Articles les plus consultés